Équipe


Crédit photo : Fatou Diop

Louise Lachapelle, coresponsable de l’équipe Mamu minu-tutamutau. Louise développe une réflexion critique sur le don et sur les enjeux éthiques du processus créateur en relation avec une diversité de pratiques artistiques et culturelles contemporaines. Professeure et chercheure au Collège de Maisonneuve depuis 1994, elle y enseigne la création multidisciplinaire, la littérature et la culture contemporaines. Elle y a aussi présidé le Comité institutionnel d’éthique de la recherche. Depuis 2005, elle fait partie de l’Équipe de recherche sur l’imaginaire contemporain, la littérature, les images et les nouvelles textualités (ÉRIC LINT) du Centre Figura de l’Université du Québec à Montréal, où elle est aussi chargée de cours.

Louise est également impliquée dans des programmes de formation et d’échange communautaires liés à l’éthique, à la collaboration et à la création, ainsi que dans le RÉSEAU pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone à Montréal. Elle est membre du Comité Ad Hoc du Comité ART●CULTURE autochtone de Montréal pour le LIEU culturel et artistique des Premiers peuples.

Ses travaux actuels s’inscrivent dans un cycle de recherche création intitulé This Should be Housing / Le temps de la maison est passé qui s’intéresse à la manière dont la culture répond aujourd’hui à la question de la coexistence et qui participe ainsi au développement d’une approche collaborative et interculturelle de l’habiter contemporain. Cette démarche d’enseignement, de recherche et de création interdisciplinaire allie théorie et pratique, écriture, photographie, travail individuel et collectif sur une diversité de terrains. Les travaux de Louise Lachapelle reçoivent notamment le soutien du Collège de Maisonneuve et du Fonds de recherche sur la société et la culture.

Shan dak Puana (Jeanne d’Arc Vollant), coresponsable de l’équipe Mamu minu-tutamutau. Shan dak utilise son nom innu en hommage à sa mère adoptive et cette signature situe l’angle selon lequel elle décrit ou per çoit sa réalité chevauchant deux peuples, autochtone et non autochtone. Poétesse innue, elle privilégie la forme du haïku. Elle poursuit actuellement des études de deuxième cycle à temps partiel en Gestion et développement des organisations (Maîtrise), à l’Université Laval, ainsi qu’un diplôme de deuxième cycle en Éthique et société (DESS), à l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle a complété un Baccalauréat en études multidisciplinaires (anthropologie, études autochtones et intervention communautaire), à l’Université Laval.

Les coresponsables de Mamu minu-tutamutau, Louise Lachapelle et Shan dak Puana, reconnaissent le soutien financier du Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC).

Publicités